Association d’histoire du lycée de Savenay
Accueil du site > Témoignages > Témoignage de Jean Boucault

Témoignage de Jean Boucault

mercredi 18 février 2009

Témoignage de Jean Boucault promo 1957/1958

Jean Boucault intègre l’école normale après son bac en 1957 et y passe seulement une année (promo 1957/1958) . c’est un « Crapaud » nom donné aux normaliens qui intègre l’école après le Bac. Chaque année quelques places sont proposées sous cette forme. En 1957 5 places étaient disponibles pour 3 élèves à passer le concours et seulement 2 reçus.

C’est donc une seule année passée à l’EN pour Jean avec le statut d’élève maître. Une année entrecoupée de stages dans les écoles de Savenay, Nantes et St Nazaire à raison d’un mois chaque trimestre.

Evoquant son année passée Jean Boucault se souvient d’une plus grande liberté pour les 4e année qui avait le droit de sortir certains soirs pour aller au cinéma à Savenay.

Un pécule leur était versé chaque mois mais la grande partie restait sur un compte bloquée qui, normalement, devait servir à la sortie de l’école pour bien débuter dans la profession d’instituteur et acheter du matériel pédagogique.

Le sport.

L’EN avait toujours son équipe de foot. L’athlétisme était pratiqué au sein de l’école ainsi que le tennis en dilettante.

La PMS.

A cette époque la PMS avait disparue.

Bizutage.

Pas de souvenirs de bizutage lors de cette année 57/58.

L’orchestre et le groupe de variétés.

L’orchestre de l’époque était dirigé par Guihaud qui devint par la suite chef de la chorale « A travers Chants » de St Nazaire.

Le groupe de variétés était animé par Bernard Chanteux et se produisait dans les écoles et les fêtes scolaires des environs. Un des numéros de ce groupe de variétés consistait à parodier la gymnastique telle qu’elle se pratiquait au début des années 1900. (voir photo du fasicule 1913).

L’argent récolté au cours des bals et des prestations du groupe de variétés servait à alimenter le G C N (Groupe Culturel Normalien) qui finançait le voyage de fin d’année des 4e année qui, en cette année 1958, firent une escapade en Corse.

M Tronel.

« M Tronel pouvait remplacer n’importe quel professeur absent et assurer son cours » nous confie Jean.

« Je me souviens aussi de ses colères mémorables et notamment de celle qu’il avait eu lors de la signature, par les normaliens, d’une pétition à caractère politique… A côté de cette sévérité M Tronel était une vrai mère poule pour ses élèves » ajoute Jean.

Alain Chesnard, ancien maire de Nantes, était normalien (4e année) à cette époque.

Sa carrière.

En 1958 il prend son 1e poste d’instituteur à Couëron (école du bourg). Il y restera jusqu’en 1970.

De 1970 à 1972 il enseigne à l’école de St Herblain bourg et y occupe le poste e directeur de l’école.

Le reste de sa carrière, de 1972 à 1992, il la passe à Savenay comme directeur de l’école du Prince Bois.

Une famille d’enseignants.

Avant lui son père Gaston Boucault fut normalien (promo 1926/1929).

La belle devise de cette promo de 26 élèves étant : « Vivre sans aimer n’est pas vivre ».

Lors des sorties libres du jeudi les normaliens ne devaient pas s’éloigner de plus de 4 kilomètres de l’EN.

Epoque aussi des balades en rang et des sabots et galoches alignés sous la verrière.

Son grand-père Pierre Nicolas né le 5/10/1891 à la Grigonnais (remarié avec sa grand-mère devenue veuve de Jules Boucault) fut lui aussi normalien (pormo 1907/1910) ainsi que Lulien, Georges et Félix les 3 frères de Pierre.

Lucien et Félix furent tués à la guerre 14/18. Ils avaient respectivement 22 et 20 ans.

La vocation d’enseignant des 4 frères Nicolas ils la devait probablement à leur père Pierre, né le 07/01/1864 à Paimboeuf, qui fut aussi normalien et enseignant.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0